HELENA in «Helena» II.

300+ Monologe als PDF-Datei

4. Acte 

Hélénè, Théonoè, Ménélaos et le chœur.  

Buch kaufen

HÉLÉNÈ: Ô Vierge ! je tombe, suppliante, à tes genoux, et je me prosterne ainsi humblement pour moi-même et pour celui-ci que je ne retrouve, enfin, et à peine, que pour le voir mourir ! Ne rapporte pas à ton frère que mon mari est venu ici dans mes chers bras, mais sauve-le, je t’en supplie ! Ne sacrifie pas ta piété à ton frère, en achetant ainsi sa gratitude inique et mauvaise. Le Dieu, en effet, hait la violence et ordonne que tous conservent ce qui leur appartient, mais non qu’on se livre à la rapine. Toutes les richesses injustes doivent être dédaignées. L’Ouranos et la terre sont le bien commun de tous les hommes. Ceux qui enrichissent leur demeure ne doivent pas envier les biens d’autrui, ni les enlever de force. Par l’ordre divin et pour mon malheur, Hermès m’a livré à ton père, afin qu’il me conservât à mon mari que voici et qui veut me reprendre. Comment donc, étant mort, me reprendra-t-il ? Et comment me rendra-t-on vivante à un mort ? C’est pourquoi songe à l’ordre divin et à l’honneur de ton père ! Le Dieu et ton père mort envieraient-ils le bien des autres, ou voudraient-ils le rendre ? Je pense qu’ils le rendraient. Il ne faut pas que tu obéisses à un frère injuste plutôt qu’à un père honnête. Mais si, étant divinatrice et croyant aux Dieux, tu violais l’équité de ton père pour plaire à ton frère injuste, il serait honteux que tu connusses les Choses divines, sachant ce qui est et ce qui n’est pas, et ignorant ce qui est juste. Délivre-moi, malheureuse, des maux qui m’accablent ; accorde-moi ce peu de faveur de la fortune. Il n’est personne, en effet, qui ne haïsse Hélénè dans la Hellas, parce que, dit-on, j’ai trahi mon mari, afin d’habiter les riches demeures des Phryges. Si je retourne dans la Hellas et si je rentre à Sparta, on saura alors et on verra que les Akhaiens ont péri par les ruses des Déesses, et que je n’ai pas trahi mes amis ; on me rendra l’honneur de la chasteté ; je marierai ma fille que maintenant nul n’épouse, et, mettant fin à cette errante et amère destinée, je jouirai des richesses que je possède dans ma demeure. Si celui-ci était mort et couché sur le bucher, absent je le poursuivrais de mes larmes ; mais, aujourd’hui, me sera-t-il arraché, vivant, et sain et sauf ? Je t’en supplie, ô Vierge, ne fais pas cela ! Accorde-moi cette grâce, et imite les vertus d’un père équitable ; car, la plus belle gloire des enfants, quand on est d’un père vertueux, est de posséder les mêmes vertus.